Aller au menu Aller au contenu

Finances

TELECHARGEMENT

> BUDGET 2023

Rapport d’Orientation Budgétaire 2023

Maquette Budget Primitif 2023

Synthèse Budget Primitif 2023 et Compte Administratif 2022

Maquette Compte administratif 2022

Subvention 2023 aux associations

 

 > BUDGET 2022

Rapport d’Orientation Budgétaire 2022

Maquette Budget Primitif 2022

Synthèse Budget Primitif 2022 et Compte Administratif 2021

Maquette Compte administratif 2021

Subvention 2022 aux associations

 

 > BUDGET 2021

Rapport d’Orientation Budgétaire 2021

Maquette Budget Primitif 2021

Synthèse Budget Primitif 2021 et Compte Administratif 2020

Maquette Compte administratif 2020

Subvention 2021 aux associations

 

 > BUDGET 2020

Rapport d’Orientation Budgétaire 2020

Maquette Budget Primitif 2020

Synthèse Budget Primitif 2020 et Compte Administratif 2019

Maquette Compte administratif 2019

Subvention 2020 aux associations

 

 

Comprendre le budget d’une ville

Le budget d’une ville se compose de deux parties distinctes : le fonctionnement (dépenses et recettes) et l’investissement (dépenses et recettes).

Les recettes de fonctionnement représentent les sommes payées par la population pour diverses prestations (restauration scolaire, centres de loisirs…), les impôts locaux, dotations et subventions diverses versées à la ville.

Les dépenses de fonctionnement englobent les salaires des agents, l’entretien des bâtiments communaux, les achats de matières premières et de fournitures, les prestations de services effectuées, les subventions versées aux associations et intérêts des emprunts.

L’investissement est lié aux projets de la ville à moyen ou long terme et regroupe :

Recettes : subventions perçues en lien avec les projets retenus (par exemple : des subventions relatives à la construction du terrain synthétique, de restaurants scolaires…).

Dépenses : acquisitions de mobilier, de matériel, d’informatique, de véhicules, de biens immobiliers, d’études et de travaux.

 

 

La capacité d’autofinancement expliquée 

 

Qu’est-ce que la “capacité d’autofinancement” d’une commune ?

François DAZELLE : La capacité d’autofinancement désigne les ressources durables de la Ville, permettant de financer les investissements de demain et de garantir l’attractivité de la commune. Concrètement pour une collectivité, elle recouvre l’ensemble des ressources restant à la fin d’un exercice budgétaire, c’est-à-dire la différence entre les recettes pérennes de la commune et ses charges courantes. 

 

Pourquoi est-il important de l’améliorer ?

F-D : La CAF permet à la commune d’investir sur ses fonds propres et de diminuer le recours à l’emprunt. L’emprunt reste nécessaire mais pour obtenir l’accord des banques, la situation financière doit être stable : la CAF est le principal indicateur de cette santé financière. 

 

Où en est Achères aujourd’hui ?

F-D : À notre arrivée, la capacité d’autofinancement d’Achères était négative (– 3M€). Aujourd’hui, elle s’élève à + 879 000 €. En 2026, nous prévoyons de continuer cette progression et d’atteindre 1,3M€ de capacité d’autofinancement. Cette progression commence à rapprocher la CAF d’Achères de celles des communes de même strate démographique. Peu à peu,  notre Ville se reconstitue une marge de manœuvre financière. 

 

LE Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI)

Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) est un document prévisionnel qui permet d’anticiper et de mettre en cohérence les investissements de la Ville sur plusieurs années. Traduire les priorités du mandat, répondre aux besoins des habitants et des associations, respecter les obligations réglementaires, entretenir le patrimoine de la Ville : autant de nécessités d’agir. À Achères, le PPI prévoit, sur une durée de 5 ans, de nombreuses opérations dans tous les domaines – nouveaux espaces publics, rénovations énergétiques, équipements scolaires, sportifs et culturels… – mais aussi dans tous les quartiers. À la clé de ces investissements, une Ville attractive qui suit la dynamique de son territoire.